Cory Arcangel & Paper Rad – Mario Movie (2005)

Cette oeuvre est une vidéo de quinze minutes qui date de 2005 produite par Cory Arcangel avec l’aide de Paper Rad. Elle met en scène une toute nouvelle histoire du (plus) célèbre personnage de jeu vidéo : le plombier Mario. Elle a été réalisée à partir de la cartouche du jeu “Super Mario Bros.” sorti initialement en 1985 sur la console de Nitendo : la NES. L’artiste a donc utilisé cette cartouche et par certains mécanismes a réussi à obtenir des séquences «exclusives» (qui ne peuvent apparaître lors de l’utilisation normale du jeu).

La vidéo est accompagnée d’une bande son qui n’est pas sans rappeler les bandes-sons des jeux vidéos de cette époque. C’est-à-dire une musique 8-bits assez métallique à l’oreille. Au début de la vidéo, cette musique est plutôt légère.

Le film débute par des phrases d’introduction qui peuvent nous faire comprendre le sens de la vidéo et comment celle-ci a pu être produite. En effet, la première phrase — “As a video game grows old, its content and internal logic deteriorate” — indique que grâce le contenu de la cartouche a été modifié. La deuxième phrase — “For a character caught in this breakdown problems affect every area of life” — nous fait comprendre que la vie, les aventures de Mario vont être totalement différentes de la normale.

Et en effet, Mario ne revêt pas son costume de plombier rouge et bleu, mais un costume vert et blanc, c’est le premier changement que l’on peut observer. La couleur des fameuses briques (ces briques qu’il doit toucher pour obtenir des bonus, des pièces d’or…) est aussi changée.

On entre donc dans la première partie du film, lancée par le «poème» : Ce passage nous indique donc que cette vidéo est le récit d’une nouvelle aventure de Mario. “Fortified” fait probablement référence au château où est emprisonnée la princesse Peach, princesse que Mario doit libérer de Bowser dans le jeu orginal.

On voit Mario se tenant au-dessus d’une brique et quelques secondes plus tard un nouveau message apparaît : “Standing here or jumping where, how did I get here?”. Il ne se souvient plus visiblement ce qu’il fait à cet endroit… et il se trouve maintenant dans les nuages (fidèles au graphisme original du jeu). Puis, il chute longuement dans un décor assez psychédélique fait de nuages et de couleurs vives.

Il se pose ensuite sur un gros nuage et le jeu nous interpelle de nouveau : “Lost pizzas. World revisions. Landscape lorn. What is for. Ever.” On comprend que Mario se sent bel et bien seul dans ce monde totalement revisité. Ensuite, la musique change de ton et devient beaucoup plus angoissante. Le graphisme de la vidéo devient également plus angoissant. Mario cesse d’apparaître puis, après un message illisible, indéchiffrable, réapparaît, enfin il marche et re-disparaît. On entre de nouveau dans un passage où il n’apparaît plus, des caractères et des graphismes sans aucun sens (aucune correspondance avec le jeu original) nous apparaissent, Mario fait des réapparitions das des «mondes» totalement absurdes et ceci se répète plusieurs fois. Exemple :

Ensuite, on est confronté de nouveau à un message quelque peu déroutant : “Minutes pass. A punk band. Moments last. Centuries.”. Une phase de graphismes similaire à celle décrite précédemment recommence puis un nouveau texte apparaît : “I used to [see] familiar shapes in the clouds. [Are] now th [caractères indéchiffrables] History. Fortified mystery.”. Cet extrait reprend le premier «poème» du film. Cela peut nous faire penser que Mario est en plein délire mais qu’il se souvient de ce qu’il vivait dans sa vie d’avant (ses aventures originales). Les graphismes apparaissant après ce message sont totalement délirants et colorés. La musique est aussi aussi plus folle.

Un autre message apparaît : “The master time clock is so corrupt my memories provide no reason for any thing”. On peut être amené à interpréter ce message de la sorte : Mario est devenu sénile et ses passages de délires sont le résultat de sa vieillesse.

Cette fois-ci, après un cours passage où Mario est à l’écran, un message semble être adressé par un champignon à Mario : “You’ve been in someones’ closet for twenty years of course the data is melting”. Le champignon l’invite à le suivre dans un délire : “Come with me. It is a spirit rave. Learning noise. Nite”. Le tempo de la musique s’accélère et les graphismes sont encore plus délirants et psychédéliques. On voit Mario de temps en temps flotter avec son champignon dans les décors.

Puis, on voit une représentation d’une montagne peu accueillante avec des yeux, un nez et un passage pour s’engouffrer dedans. Mario et son champignon se tiennent devant le passage avant de voir “Magic mountain is not the same thing as haunted castle”. Cela nous conforte dans l’idée que cette aventure n’a rien à voir avec les aventures classiques (le château hanté fait référence au château de Bowser).

Un autre message — “This is the rave” — nous fait penser encore une fois qu’il est en total délire. Il passe dans cette montagne et le fond du décor devient noir, on ne voit que Mario et quelques objets changeant de couleurs.

On voit ensuite la tête de Mario, en très gros, changeant de couleur et le message : “This world is strobing me out. Something’s happening in my brain. I’m having a [caractères illisibles]”. Il se rend compte de ce qu’il lui arrive. “Yes. Your poetry has prepared you well. This is your e– You are confronting your energy.”. On ne sait pas vraiment qui ou quoi lui dit ça.

À la fin de la vidéo il perd sa forme humaine pour devenir une sorte de rectangle de pixels, puis il disparaît et des messages indescriptibles apparaissent. La musique devient plus calme… Après un «bip» appuyé la fin arrive. Cette fin représentée par le paysage original du jeu dans lequel il est présent et un message “The End”.

Mon interprétation de ce film m’amène à penser que l’artiste tente de raconter la dernière histoire de Mario, celle de sa vieillesse, la sénilité qui peut l’accompagner et enfin la fin de toute vie : la mort. En effet, le fait que l’artiste nous fasse vivre une expérience mettant en scène mario dans un décor tout à fait différent de la normale m’a intrigué. Puis au fur et à mesure, j’ai compris grâce aux messages et aux graphismes. Les messages nous rappellent l’âge du jeu, de ses données qui peuvent être corrompues, on peut donc faire un lien entre l’âge du jeu et l’âge de Mario et entre les données corrompues et la mémoire de Mario. De plus, à certains moments Mario semble perdu dans cette aventure. En outre, les graphismes comportent parfois des têtes de morts… Ou encore, le fait qu’à la fin de la vidéo Mario soit dans le noir puis qu’il disparaisse avant l’apparition du message de fin peut faire penser aux derniers instants…

Œuvres connexes :

  • I Shot Andy Warhol (2002) : un court film présentant un jeu vidéo que Cory Arcangel a totalement reprogrammé. Je l’ai choisie car l’artiste emploie la même technique que pour l’oeuvre décrite ci-dessus. J’ai aussi bien aimé le ton décalé de la vidéo.
  • P-Unit Mixtape 2005 : c’est un montage d’éléments que Paper Rad a produit en
    utilisant un ordinateur. Les graphismes sont aussi complètement décalés. J’ai choisi
    cette oeuvre car Cory Arcangel a produit Mario Movie avec l’aide de Paper Rad et que la
    «patte» de ce dernier se retrouve bien dans l’oeuvre de Cory Arcangel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :