Analyse et commentaires d’oeuvre – Piper Funk

Piper funk

Mon œuvre choisi : Funk lessons du site UBU

http://www.ubu.com/film/piper_funk.html

L’artiste :

L’artiste américaine Adrian Piper (née en 1948, et vivant actuellement à Berlin en Allemagne) est une figure emblématique de l’époque de l’art contemporain international. Sa démarche est influente dès la première génération conceptuelle des années 1960. Utilisant la performance, la photographie et l’intervention, elle a travaillé autour des questions sociales, principalement au sujet des minorités raciales et des problématiques de genre. Elle a été professeur de philosophie analytique, après avoir accompli une thèse sur Kant à l’université de Harvard et a publié plusieurs ouvrages et articles sur la Critique de la raison pure. Elle a participé à d’importantes expositions internationales comme : « Information », organisée par Kynaston McShine au MOMA de New York et «Wack ! Art and the Feminist Revolution » (2007) au Moca de Los Angeles. Ainsi qu’à la Johannesburg Biennale (1995), laDocumenta 11 à Kassel (2002).

Piper est une artiste qui propose un art réflexif, et son vocabulaire esthétique est souvent relié à des positions éthiques et des théories philosophiques.

L’œuvre :

Funk Lessons est une œuvre vidéo filmant l’intervention performative de l’artiste avec une audience interactive réalisée à l’université de Californie (Berkeley) en 1983. Cette action, et la vidéo qui l’accompagne, dépassent largement la performance, et questionnent le statut ambigu de la classe ouvrière afro-américaine à travers la musique et la danse comme partie intégrante de la culture américaine.

Ce que j’ai aimé dans cette œuvre :

Le support musical de cette œuvre est une musique qui a marquée toute une génération et qui aujourd’hui encore est une référence pour qualifier cette période. Cette œuvre décrypte les gestes des danseurs et la vision que l’on peut en avoir. Elle nous pose la question de l’image que l’on a d’autrui mais aussi de l’image que l’on donne à voir à autrui, et que l’on pense donner à autrui. Plusieurs points illustrent ce positionnement social, en effet beaucoup de gens dansent, mais tous dansent seul. L’individu est centré sur lui-même alors qu’il évolue au sein de la société. Les danseurs suivent un modèle « naturellement » que l’artiste leurs décrit ; mais au sein de la société, ne suivons-nous pas des schèmes que l’on ne sait pas analyser, mais nous les suivons car ils sont  tous repris par la société.

Dans les années 80, le monde entier a été inondé par la vague disco, elle a unifié les individus dans le monde à travers la danse. Cette combinaison de mouvements de l’individu quelques soit la race, la religion, le statut social a généré une union sociétal mais vécu individuellement. Il y avait de nombreux « allers/retours » entre le groupe et l’individu.

Ce que je n’ai pas aimé dans cette œuvre :

La description des mouvements du bassin avec le coté sexuel, qui sont ici décrit, semblent en décalage avec la société libéré de l’époque (apparition du SIDA). Avec le recul, aujourd’hui ces mouvements ont un côté « pathétique ».

 

Les questions qui se posent vis-à-vis de cette œuvre :

Au spectateur, se pose alors la question (tout comme je crois, à ceux qui ont réalisé cette performance) de sa position au sein de la société vis à vis d’autrui. Il est aussi intéressant de se voir sur à la fin de la performance des gens qui sont à la limite d’entrer en transe, es-ce pour se distinguer vis-à-vis du groupe ? Enfin quel regard aurait aujourd’hui l’artiste sur cette performance ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :