Catherine Balet – Strangers in the Light

balet1

 

Lors de l’exposition à Jean Legendre à Compiègne (mars 2013), le public avait la possibilité de découvrir les photographies de Catherine Balet sous le thème de « Strangers in the Light », publiés chez Steidl en 2012. Sa technique pour cette exposition consiste à utiliser la lumière d’appareils numériques pour éclairer différentes mise en scène. Point particulier, la photographe s’est amusée à reproduire différents tableaux de peintres d’autres époques.
La photo m’ayant le plus marquée est une reproduction de L’Adoration des Bergers de George de La Tour (XVIIème siècle), représentant Jésus à sa naissance, entouré et observer par Marie et les Bergers. Cette photo met en scène un nouveau né entouré de personnes qui l’observent aux travers d’appareils numériques. La principale différence est donc la source de lumière de la scène: à la bougie pour l’un et aux écrans de nouvelles technologies pour l’autre.

Cette œuvre m’a beaucoup plu non seulement pour l’effet de clair-obscur rendu par les lumières artificielles, sont originalité et sa technique de réalisation , mais aussi pour les questions qui découlent de la mise en scène. Il est choquant à première vu de voir tous ces appareils braqués sur l’enfant, et pourtant en y réfléchissant notre quotidien est devenu rempli de nouvelles technologies, au point de ne plus observer par ses yeux mais au travers d’appareils numériques. Catherine Balet a souhaité montrer que dès son plus jeune âge, l’enfant doit se plier aux regards et à l’image numérique. Nous serions donc condamné dès notre naissance à cette vie de multimédias. Pour preuve: combien d’enfants de jeunes âges sont en photos sur internet, ou on d’ors et déjà un compte sur des réseaux sociaux, avant même d’avoir appris à marcher?

Une autre réflexion qui découle de ce tableau est de comprendre pourquoi sommes-nous devenus aujourd’hui pour la plupart accros à ces nouvelles technologies? Avons-nous besoin de nous créer des souvenirs grâce à ces supports, au point de ne pas prendre le temps de les vivres pleinement à l’instant présent ? Un exemple simple: lorsque des gens partent en vacances, prennent-ils plus de temps à contempler des paysages ou à les prendre en photo? Il est sur qu’il est fort plaisant de pouvoir se souvenir de ce dit paysage deux ans plus tard grâce à cette photo, mais je crois que la meilleure façon d’en profiter est de prendre son temps de la voir dans l’instant présent, et non pas en photo.

L’exposition de photographies réalisée par Catherine Balet m’a non seulement plu au niveau de son esthétisme, de sa technique et de son originalité à reprendre d’anciens tableaux mais aussi pour les différentes réflexions qu’elle inspire, par la place des appareils numériques aujourd’hui dans nos vies.

Julie Buleux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :