Les Mécaniques Poétiques

L’œuvre étudiée est intitulée Tunnel créée en 1999 par Thomas Demand qui dure environ 10 mins.

Je commence par une presentation d’auteur:Thomas Demandest né en 1964 à Munich, entre l’Allemagne d’après-guerre et celle de la chute du mur de Berlin. Il a étudié en sculpture notamment à l’Akademie der bildenden Künste à Munich, à la Kunstakademie de Dusseldorf et au Goldsmith’s College à Londres. Thomas Demand vit et travaille à Berlin. L’œuvre Tunnel a été présentée dans des institutions aussi prestigieuses que la Tate Gallery à Londres et à la Fondation Cartier à Paris. Il s’est fait connaître pour ses photographies couleur de reconstitutions, grandeur nature en papier et en carton, d’intérieurs chargés symboliquement mais dénués de toute présence humaine. Ses oeuvres dégagent une atmosphère d’étrangeté, d’autant plus perceptible que l’artiste s’inspire d’images puisées dans les médias. Réactivant ainsi un sentiment de déjà vu, Demandexplore comment ces images affectent l’inconscient collectif. Sculpteur de formation, Thomas Demand démontre dans ses œuvres uneexceptionnelle sensibilité architecturale tant par la compréhension des espaces que par sa lecture du sens à travers les formes. En 1999, Demand réalise un premier film : Tunnel.

Dans le vidéo; le spectateur suit apparemment le trajet d’une voiture traversant un tunnel à toute vitesse. Là encore, il s’agit d’une reconstitution en carton d’un tunnel à deux voies, séparé par des piliers et éclairé par des ouvertures latérales.

D’apres moi, au debut, je n’ai pas compris l’idee de cette œuvre, il s’agit juste d’une répétition du trajet. Avec des recherches sur internet, je decouvert au fur et a mesure que c’est une oeuvre interressante.

L’artiste explique ainsi ce passage de la photo au film : «Le récent développement des films (Escalator, Tunnel) conduit mon travail du plan à la quatrième dimension du mouvement.» Car au-delà de l’exploration d’un nouveau médium, Demand recherche par le mouvement du film, la stimulation de la mémoire active. La répétition en boucle de la séquence laisse entrevoir une conception du temps en spirale que le philosophe Gilles Deleuze analysait ainsi : «La répétition, temporelle et mobile [comme dans Tunnel], tend à donner du temps une présentation différente, celle d’un temps non chronologique, dans un espace non euclidien.», la répétition fait activer la scène, j’ai l’enpression que c’est une autre façon de presenter un évènementet non linéaire. C’est un decouvert impressionnant pour moi qui m’a donne une vision sur l’art contemporain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :