Manifeste cyborg/Exposition Ro[bot]

 

Introduction :

Ce commentaire porte sur une œuvre présentée lors de l’exposition que nous avons vu à l’espace Jean Legendre couplée avec le visionnage de la conférence « le manifeste cyborg » entre Dona Haraway et Isabelle Stengers.

 

L’exposition Jean Legendre :

L’œuvre qui m’a le plus intéressé lors de l’exposition à l’espace Jean Legendre, fut le programme conversationnel. Il était possible d’avoir une conversation avec ce programme, celui-ci se créant une nouvelle personnalité à chaque conversation.

Il s’adaptait à ce qu’écrivait l’interlocuteur ce qui donner l’impression de converser avec une vrai personne. Cela m’a particulièrement plu car cela me faisait penser a un espèce d’ancêtre des intelligences artificielles des séries de science fiction.

 

Le manifeste Cyborg :

En ce qui concerne la conférence du manifeste cyborg, je doit avouer que j’ai eu beaucoup de mal à la comprendre. J’ai également eu du mal à comprendre la relation des propos des intervenants avec les cyborg. Cependant lors de l’écoute du passage des relations entre l’homme et le chien par Dona Haraway, certaines analogies avec les cyborgs me sont venue à l’esprit.

 

Première approche :

Au début j’étais plutôt perplexe, je ne voyais pas le rapport entre l’exposition et la conférence. Dona Haraway parla de la relation entre l’homme et le chien qui est difficile a établir car il est compliquer de se comprendre n’étant pas de la même espèce, n’ayant pas les même moyen de communication. Je voyais alors le cyborg comme un moyen de faciliter les échange entre l’homme et la machine comme un homme-chien pourrait faciliter les échanges entre hommes et chiens.

Cette approche me semble bien pauvre et loin de ce qu’Dona Haraway veut dire.

 

Seconde approche :

Ensuite Dona Haraway à parlé des conséquence de l’homme sur le chien (le chien change ce qu’il est à cause de l’homme) mais l’inverse était également vrai ( l’homme change ce qu’il est à cause du chien). Cela à modifié mon approche du cyborg car en repensant à la conversation entre un humain et le programme conversationnel, j’ai pensé que cela pouvais être aussi le cas. Le robot s’humanise à travers la conversation et l’humain se robotise par cette même conversation. En voyant les choses de plus loin, le robot s’humanise à travers son utilisation par l’humain et l’humain se robotise par l’utilisation du robot.

 

Conclusion :

Au final le cyborg ne serait pas le résultat d’un homme auquel on vient greffer une machine mais le produit d’une composition entre un homme et une machine suite à des échanges prolongés entre ces deux entités. Ainsi tout comme les chiens ont eu des conséquences sur l’homme dut à des relations prolongés, tout comme chaque choses présentes dans notre entourage ont apporté des modifications sur l’homme dut à des relations prolongés, le robot qui est quelque chose de relativement nouveau finira lui aussi par avoir des conséquences sur l’homme et ainsi le changer en cyborg.

 

GONCALVES Guillaume

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :