Gnossienne n°1-lent, jouée par Pierre Laniau

Présentation

 Four Gnossiennes 1-Lent, jouée par Pierre Laniau : artiste français spécialisé dans la maîtrise de la guitare classique (1955–) : http://www.ubu.com/sound/satie_guitare.html

Erik Satie : compositeur pianiste français (1866-1925). La première Gnossienne est composée en 1890.

Support audio, durée : 3m34s, une seule guitare

L’œuvre Gnossienne n°1 est apparue pour la première fois dans « le Figaro Musical » en septembre 1893 mais elle a été composé en 1890 par Erik Satie.

Il existe six Gnossiennes, toutes ayant été pensées pour être jouées au piano.

Satie a écrit ses Gnossiennes lorsqu’il faisait partie de sectes gnostiques. Le mot « gnose » désigne selon le cnrtl : « Connaissance se présentant non comme un savoir acquis, mais comme une intuition salvatrice, une révélation intérieure, reposant sur le dualisme de la connaissance et de l’ignorance, du bien et du mal, de l’esprit et du corps, et se fondant sur l’idée que le monde sensible est dominé par des puissances mauvaises, hostiles au Dieu transcendant, source du monde spirituel que le gnostique cherche à connaître ».

Ou autrement dit : « Les gnostiques considèrent que Dieu ne peut être en contact avec le monde, essentiellement mauvais, œuvre du Démiurge. La matière est assimilée à l’ignorance, au mal, et la vie terrestre résulte d’une chute de l’esprit dans cette matière, perte de l’unité originelle avec Dieu. L’homme, prisonnier des dualités (bien/mal, âme/corps, connaissance/ignorance), ne garde plus de son origine divine que la vague nostalgie d’un paradis perdu. Mais le principe divin, l’âme, est en lui, et la recherche spirituelle peut le mener au salut en libérant l’âme de sa prison corporelle » ; selon le site de la franc-maçonnerie. La gnose serait une des origines de la franc-maçonnerie.

Erik Satie était véritablement impliqué dans cette idée, il a d’ailleurs créé une église dont il était le prêtre : « l’église métropolitaine d’art de jésus-conducteur ».

C’est de cette pensée qu’il invente ce nom de « Gnossienne ».

La version originale est faite pour être jouée au piano : https://www.youtube.com/watch?v=oOTpQpoHHaw

 

Reprises

La musique à été reprise par Arthur H en 2005 sous le titre de « la chanson de Satie » : https://www.youtube.com/watch?v=fQpUTUu0d34 ; et par le groupe de reggae « Family Fodder » dans « The Big Dig » : https://www.youtube.com/watch?v=mUJZG_q33to

 

Parution au Cinéma

L’œuvre a été utilisée de nombreuses fois au cinéma. La première recensée est en 1963 dans Le feu follet de Louis Malle. On la redécouvrira ensuite notamment dans le film Le chocolat réalisé en 2000 par Lasse Hallström ou encore dans Paris de Cedric Klapisch en 2008 et dernièrement dans Hugo Cabret réalisé par Martin Scorsese en 2011.

 

Le choix

 

Je connaissais déjà l’œuvre de Satie Gnossienne n°1 mais la version au piano. J’aime énormément cette chanson. Je voulais écouter la version à la guitare pour entendre la différence avec celle que je connaissais. A l’écoute de cette œuvre, je ressens de la mélancolie et de la douceur. J’ai envie d’être allongée et j’ai l’impression qu’il fait froid dehors.

Je pense que ce travail est une œuvre car c’est la reprise même d’une œuvre par un grand musicien. Seul l’instrument qui la joue change. La première version pour Piano de Satie est selon moi considérée comme telle car elle est mélodieuse, travaillée et qu’elle me fait frissonner. Si elle me touche à ce point, je me dis que je ne dois pas être la seule et donc qu’elle répond à ses promesses. De plus, elle a été créée par un professionnel de la musique qui pouvait alors rendre un travail réfléchis et bon.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que je pense qu’elle peut être considérée comme une œuvre.

Mais est-ce qu’on peut dire que toutes les reprises sont des œuvres ? (Ici, Pierre Laniau a simplement changé d’instrument.) Si oui, alors tous le monde peut être artiste si tenté qu’il sache jouer d’un instrument. Je considère les grands musiciens comme des artistes, mais où ce situe la limite entre amateur et expert ?

 

Liens vers d’autres œuvres

Je peux rapprocher cette d’œuvres d’une part des cinq autres Gnossiennes de Satie ; et d’autre part des autres morceaux joués par Pierre Laniau. D’ailleurs, il reprend bon nombres d’œuvres de Satie à la guitare que l’on peut écouter sur le site Ubuweb (http://www.ubu.com/sound/satie_guitare.html).

De plus, j’aime aussi énormément la musique « Gymnopédie n°1 » écrite aussi par Erik Satie et qui me fait ressentir un sentiment de douce mélancolie, tout comme lorsque j’écoute Gnossienne n°1. Les Gymnopédies de Satie ont été écrites deux ans avant les trois premières Gnossiennes (1888).

Je trouve que l’œuvre au piano s’accorde avec des photos ou des peintures représentant le désastre après la guerre ou après une catastrophe naturelle. Lorsque l’on contemple les dégâts et que tout est calme. Lorsque la misère est palpable mais qu’il n’y a que l’image pour la laissée parlée. Le moment où la musique s’accélère devient le moment où l’énervement reprend le dessus sur la tristesse. Un exemple de ce que je vois serait la photographie de Dorothea Lange, mère migrante, prise lors de la crise des années 1930 (cf ci-dessous).

 

Capture d’écran 2014-10-10 à 15.13.26

Ou encore cette photographie de Kim Phuc, jeune fille fuyant le village de Trang-Bang, réalisée en le 8 juin 1972.

 

p16jtjdj99k2s1lcn1s0mqhkbtu1

 

Je pense aussi à cet article publié dans « francetvinfo » le 5 aout 2014, les gazaouis retrouvent leur quartier dévasté par les bombes. Plusieurs photographies montrent l’état du bâti et l’ensemble créé un univers touchant qui s’accorde parfaitement (je trouve) à la première Gnossienne. (cf : http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/en-images-les-gazaouis-retrouvent-leurs-quartiers-devastes-par-les-bombes_663261.html)

Une peinture de Georges Scott de 1915, tableau Effet d’un obus dans la nuit, toujours dans le thème de la guerre qui m’accompagne à l’écoute de cette œuvre, me marque.

 

d3bed79aca

 

Ici, on ressent le mouvement et pourtant tout est figé, comme dans jeune fille fuyant le village de Trang-Bang. Mais ici, on contemple la catastrophe pendant son déroulement qui normalement devrait être rapide et qui là dure infiniment longtemps. Mais pourtant, la musique elle ne dure pas éternellement. Elle me donne alors l’impression que l’action se déroule un peu, très lentement, sous mes yeux.

La version à la guitare me fait aussi penser à l’Espagne. A un film espagnole de Sophia Coppola comme volver. Dans ce film, de nombreuses scènes peignant la tristesse de la vie d’une famille espagnole sont tournées.

 

Critiques

L’œuvre jouée à la guitare par Pierre Laniau m’a fait beaucoup moins d’effet. Remarque, les Gnossiennes ont été spécialement composées pour être jouées au piano.

Lorsque j’écoute la version guitare, j’ai l’impression d’entendre le générique de la fin d’un vieux film français.

De plus, je trouve la version de Pierre Laniau particulièrement lente et constante dans son rythme. La lenteur se comprend puisque c’est dit dans le titre « Lent », mais je préfère la version originale.

Par contre, il est clair pour moi que l’œuvre répond à ses promesses car elle n’avait pour seule ambition que de jouer le morceau de Satie à la guitare et non au Piano. Ce qui a été réalisé. Le morceau a été joué du début à la fin sans accro et avec les notes justes.

J’ai vu ici que l’art est aussi une manière de faire redécouvrir un morceau à travers une autre technique.

 

Sitographie

 

http://www.cnrtl.fr/definition/GNOSE

http://www.lamusiqueclassique.com/2010/12/erik-satie-gnossienne-n°1/

http://www.ubu.com/sound/satie_guitare.html

http://www.franc-maconnerie.org/la-gnose

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/en-images-les-gazaouis-retrouvent-leurs-quartiers-devastes-par-les-bombes_663261.html

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :