[Présentation d’oeuvre] La colombe poignardée et le jet d’eau de Guillaume Apollinaire

La colombe poignardée et le jet d'eau de Guillaume Apollinaire

La colombe poignardée et le jet d’eau

1. Carte d’identité

Titre : La colombe poignardée et le jet d’eau

Auteur : Guillaume Apollinaire

Date de réalisation : 1918

Support : Issu du recueil Calligrammes, sous-titré Poèmes de paix et de la guerre

Circonstances de sa première apparition/création : Guillaume Apollinaire s’engage dans l’armée pendant la première guerre mondiale, mais il continue à écrire ses poèmes même sur le front. En 1916, il est blessé à la tête et est ramené à Paris où il publiera en 1918 son recueil Calligrammes.

2. Description

Cette oeuvre est un calligramme. D’après le dictionnaire Larousse, un calligramme est « un texte, le plus souvent poétique, dont les mots sont disposés de manière à représenter un objet qui constitue le thème du passage ou du poème ».

J’ai découvert cette œuvre en parcourant les ressources d’ubuweb. Elle m’a tout de suite attiré l’œil par sa forme originale. A son contact, j’ai apprécié l’esthétique générale du poème, car ce n’est pas courant, mais en parcourant les lignes, j’ai découvert un texte beaucoup plus sombre que ne le laissait présager les dessins.  En effet, à travers la colombe et le jet d’eau, l’auteur évoque les amours passés et ses compagnons partis à la guerre. J’ai choisi ce texte car il combine un aspect visuel et un texte qui permet de faire réfléchir. Ce travail peut être considéré comme une œuvre car il combine deux arts différents : l’art poétique et l’art visuel.

 

3. Liens vers d’autres œuvres

Ce texte peut être mis en relation avec d’autres travaux d’auteurs marqués par les atrocités de la guerre. On peut par exemple citer, Otto Dix, un peintre allemand associé au mouvement de l’expressionisme et de la nouvelle objectivité. Engagé volontairement pendant la première guerre mondiale, il ressort de cette expérience traumatisé et va ainsi peindre de nombreux tableaux sur le thème de la guerre et de la mort, comme par exemple son œuvre intitulée La rue de Prague.

 

La rue de Prague d'Otto Dix

La rue de Prague d’Otto Dix

 

On peut aussi mettre La colombe poignardée et le jet d’eau de Guillaume Apollinaire  en relation avec d’autres calligrammes comme par exemple Le sceptre miroitant de Michel Leiris.

 

caligrame

 

Le sceptre miroitant de Michel Leiris

 

4. Point de vue critique

De ce travail, je retiens la possibilité de mélanger deux arts, mais aussi deux  « aspects » opposés. En effet, sous une jolie présentation en forme de colombe (symbole de la paix) poignardée et de fontaine, l’auteur nous parle de sujets douloureux tels que la guerre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :