La colombe poignardée et le jet d’eau

1.Carte d’identité

Auteur : Guillaume Apollinaire

Date : 1918

Support : Poème tiré du recueil Calligrammes dans lequel la technique du calligramme dont il est l’inventeur est utilisé pour la première fois.

Circonstance de sa première apparition/création : Il écrivit ce poème durant la première guerre mondiale. Etant réformé lors du conflit après une blessure à la tête en 1916, il témoigne ici d’une pensée mélancolique pour ses amis restés au front et dont il n’a aucune nouvelle.

La colombe poignardée et le jet d'eau de Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire est l’inventeur du terme « surréalisme », on peut ainsi voir dans le choix de présenter ces poèmes sous forme de calligrammes sa volonté de réinventer un genre ancien.

  1. Description

Nous avons rencontré cette œuvre en s’intéressant au recueil Calligrammes que nous connaissions par sa popularité et que nous avions déjà pu approcher au lycée.

Notre première réaction à la vue de cette œuvre fut  de l’étonnement par rapport à sa forme et l’envie d’en comprendre le sens.

Cette œuvre dégage une certaine émotion car on ressent à son contact toute la tristesse de l’auteur et, à travers celle-ci, toute l’horreur de ce conflit.

Cette œuvre fait se poser l’éternelle question : Pourquoi l’Homme fait il la guerre alors qu’il ne semble désirer que la paix ?

Ce  poème peut être considéré comme une œuvre car l’auteur parvient à y exprimer ses émotions à la fois par le procédé poétique classique et en même à travers une recherche esthétique.

  1. Lien vers d’autres œuvres

L’œuvre d’Apollinaire peut être mise en lien avec Guernica de Picasso. D’une façon différente et à travers un style issu du surréalisme (le cubisme), Picasso témoigne à son tour d’une guerre qui l’a marqué (la guerre civile espagnole).

guernica

 

  1. Point de vue critique :

Les larmes et le désir de paix représentés respectivement par la fontaine et la colombe en plus du texte en lui-même ancre bien cette œuvre dans une démarche de renouveau.

On peut retenir de cette œuvre que la portée dépend de la technique utilisée. Ainsi, le calligramme renforce ici la présence des notions de paix et de tristesse, que l’auteur a voulu exprimer. Cela rend l’œuvre d’autant plus frappante.

Néanmoins, on peut se demander si la forme de l’œuvre influe sur sa qualité.

Robin MASSON-Elias ALAOUI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :