The maze

“THE MAZE” par Tony Smith

 
1

1/ Carte d’identité

Titre original : The Maze

Auteur : Tony Smith (1912-1980)

Date d’exposition : Mai 1957

Type d’œuvre : Sculpture

Première apparition : Exposition au Finch College Museum (New York)

 

 2/ Description

 

2

Cette sculpture représente un labyrinthe de 6 pieds 8 pouces de haut par 30 pouces de profondeur par 10 pieds de large pour les deux grands modules et par 5 pieds de large pour les deux modules plus petits.

L’œuvre n’est pas seulement la sculpture en elle-même, mais les voies autour des pièces font aussi partie de la conception.

3

Dessin de vue de dessus de « The Maze »

Le terme de labyrinthe désigne couramment une organisation complexe, qu’elle soit concrète (architecture, urbanisme, jardins, paysages…) ou abstraite (structures, façons de penser…).

4

Or l’œuvre ici présentée paraît des plus simples ; on peut par exemple la comparer avec une représentation picturale du labyrinthe :

         5 ————————————————————————

2

On observe ici une certaine opposition entre la complexité et la simplicité.

3/ Liens vers d’autres œuvres

Nous pouvons rapprocher cette œuvre à la sculpture minimaliste. En effet, tout comme les artistes minimalistes, Tony Smith travaille avec des modules géométriques simples : il a réalisé sa sculpture dans des matériaux simples (« available at any art supply store »). Les formes obtenues sont donc assez épurées. Il a fait du labyrinthe une représentation minimale, parce qu’elle se limite à l’essentiel.

Le courant du minimalisme a touché d’autres domaines, tel que l’art visuel, généralement appelé « art minimal », qui consiste à favoriser l’abstraction géométrique. Parmi les autres artistes de ce courant on peut trouver Carl Andre avec ses « pavement faits de carreaux métalliques », Richard Serra avec ses « vastes feuilles de métal pliées ou roulées », ou encore  Robert Morris avec ses  « morceaux de feutre lacérés et déformés par la seule action de la pesanteur ».

4/ Point de vue critique

La première fois que nous avons vu cette sculpture, nous pensions qu’il s’agissait d’une maquette. En effet, au premier regard, il ne paraît pas évident d’associer cette œuvre à un labyrinthe : c’en est une représentation très simplifiée.

Ce travail est d’après nous une œuvre dans le sens où il s’agit d’une production artistique, avec la volonté de présenter une vision nouvelle d’un objet complexe. De plus, le concept même de labyrinthe peut être qualifié d’artistique ; ce motif a inspiré de nombreuses représentations artistiques, telles que la peinture, la photographie ou encore la cinématographie.

La vision du minimalisme est très intéressante dans le sens où elle permet à l’Homme de surplomber voire de dominer d’une certaine manière les objets.

La réalisation de ce labyrinthe assez originale et épurée permet de caractériser l’œuvre avec une certaine simplicité.

Au travers de cette œuvre, on a pu voir qu’un travail artistique ne doit pas nécessairement  être très volumineux, ou encore très complexe pour être qualifié d’« œuvre ».

Adam Priscille et Amato Baptiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :