Five Words In Red Neon – J. Kosuth

1/ Carte d’identité

Titre : Five Words In Red Neon

Auteur : Joseph Kosuth (1945)

Date de réalisation : 1965

Type d’œuvre : Conceptual Writing

Technique utilisée : Utilisation de néons pour former une phrase

Circonstances de sa première apparition / création : Œuvre appartenant au mouvement de l’art conceptuel (branche de l’art contemporain apparu dans les années 60 et dont Kosuth est l’un des pionniers) qui donne la prévalence à l’idée au détriment de la matérialité. L’œuvre Five Words in Red Neon s’inscrit dans un ensemble d’œuvres

 2/ Description

J’ai connu cette œuvre via internet, lors de recherches sur le site UbuWeb. J’ai choisi cette œuvre car elle a tout de suite retenu mon attention. En effet , j’ai été interpelée par cette œuvre tautologique, cet énoncé en néon qui « dit ce qu’il est et est ce qu’il dit », et amène ainsi à l’autoréflexivité : le but de l’art peut-il être autre qu’esthétique ? Une œuvre est-elle forcément interprétable ? L’art se suffit-il à lui-même ? L’art est t’il la définition de l’art ?

Ce travail, d’après moi, peut être qualifié d’œuvre d’art car elle produit du sens, l’art est ici langage et relève du domaine des idées. Kosuth voit dans l’œuvre d’art le but esthétique comme exercice esthétique, non comme art à proprement parler, il a voulu séparer l’esthétique (=jugement de la perception du monde en général) de l’Art. « Art as art », c’est penser les choses de manière objective, ne pas regarder autre chose que ce que l’on voit, en évitant toute interprétation.

Selon moi, un parallèle peut être fait entre cette œuvre et la technique. En effet, c’est l’électricité, la lumière, qui permettent à l’œuvre d’exister. Les œuvres au néon plus que liées à la technique, elles en dépendent.

Vidéo OTTO, la minute d’art contemporain

3) Liens vers d’autres œuvres

Les néons utilisés dans l’affichage publicitaire ont très tôt attiré les artistes contemporains, et réaliser une œuvre avec des néons n’a pas seulement inspiré J. Kosuth, le principe a été développé par de nombreux artistes tels que : Alberola, M. Raysse, F.morellet, C. Lévêque, P. Huygue, P. Bismuth ou D. Buren. Ils y ont vu un nouveau média et ont détourné ces tubes colorés à la lumière vibrante qui se travaillent facilement. Au lieu de reproduire la lumière avec leur pinceau, au lieu de l’imiter, ils l’intègrent directement dans leur œuvre. Certains plasticiens du néon jouent avec des chiffres et des nombres, d’autres composent des mots et des phrases. Les messages lumineux incitent à la réflexion ou simplement à sourire au travers d’injonctions philosophiques, absurdes, obscures ou politiques.

Alberola-neon-expo-Bernardins-.jpg

Série alertes, installation de néons d’Alberola, collège des Bernardins

néon irréel Lévêque

En finir avec ce monde irréel, néon de Claude Lévêque, 2006

Nauman-1972-run-from-fear.jpg« run from fear
fun from rear »
néon de Bruce Nauman, 1972

4) Votre point de vue critique

Pour moi, cette œuvre répond à ses promesses dans la mesure où elle est pleine de sens, l’art est langage et le fond prévaut sur la forme.

Cette œuvre m’a permis de remettre en question mes « stéréotypes » sur l’art. Je pense maintenant que l’on commettrait un erreur en associant systématiquement art et esthétique.

L’art conceptuel s’oppose au formalisme qui est un concept esthétique. « Art pour art » ou « Art as art » je pense cependant que les deux mottos sont fondés. Pour Marcel Mauss « un objet d’art, par définition, est l’objet reconnu comme tel par un groupe ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :