Exposition Festival Les Composites Compiègne : DESPATCH

DESPATCH dans le cadre du projet ARTSAT

L’oeuvre présentée, réalisée en 2014, s’intitule DESPATCH. DESPATCH fait partie du projet ARTSAT : Satellite art project. ARTSAT est une initiative lancée par l’Université d’Art de Tama et de l’Université de Tokyo.

La modélisation puis l’impression 3D sont utilisés pour réaliser cette oeuvre qui sera ensuite envoyée dans l’espace.

Cette oeuvre a donc pour objectifs de s’insérer avec succès dans l’orbite terrestre et à partir de cette position d’émettre une poésie générée par un algorithme en fonction des températures et vitesses captées par l’engin spatial.

 

DESPATCH est présentée à l’espace Jean Legendre dans le cadre d’une exposition sur l’impression 3D.

C’est une oeuvre très étonnante car l’impression 3D est une technologie jeune. Le choix de cette technologie pour un engin spatial est particulier car les constructions aérospatiales sont soumises à des contraintes fortes et demandent une grande fiabilité ce qui peut manquer à une technologie de fabrication qui n’est pas encore arrivée à maturité.

Cette oeuvre est donc exceptionnelle tant au niveau technique qu’artistique. Elle nous donne un avant-goût des possibilités infinies de l’impression 3D. La présentation de cette oeuvre aux quatre coins du monde grâce à l’impression 3D est un mode d’exposition peu conventionnel. Il est très intéressant d’observer l’évolution des modes d’expressions de l’art. On dit souvent que la mondialisation a transformé le monde en un village, notamment par l’apparition de nouvelles manières de communiquer qui ignorent presque totalement la localisation géographique. On peut ainsi se demander si l’on n’est pas en train d’assister au même phénomène mais cette fois pour les objets physiques, plus seulement pour l’information. Il est aussi possible d’interpréter ça comme la réduction de l’objet, de la matière en une simple information, une série de 0 et de 1. Entrons-nous dans une ère où tout sera information ?

 

On peut rapprocher cette oeuvre des récentes avancées en réalité virtuelle.

En effet, là où le scan 3D et l’impression 3D nous permettent de faire transiter des objets du monde réel au monde numérique puis du monde numérique au monde réel. La réalité virtuelle permet elle de nous plonger dans le monde numérique. Dans le futur, cette distinction que nous faisons entre monde réel et virtuel n’aura peut-être plus de sens. La frontière entre les deux mondes s’estompe de plus en plus avec l’apparition de nouvelles technologies qui vont révolutionner notre façon de concevoir le monde.

 

Pour conclure, on peut dire que DESPATCH est une oeuvre de très haute qualité. Au niveau de la technique bien sûr, la réalisation d’un engin spatial à l’aide de l’impression 3D est un défi difficile qui a été abordé avec brio. Mais aussi au niveau artistique, c’est une oeuvre qui nous laisse voir de nombreuses perspectives et nous amène à soulever de nombreuses problématiques dans un monde où le numérique occupe aujourd’hui une grande place.

 

Maurice QUACH

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :