archive

arts du texte

 Alec Finlay : Mesostic Laboratorium

Œuvre : http://www.ubu.com/contemp/finlay/Finlay-Alec_Ml-Wbk.pdf

Cette œuvre est composée de mésostiches : ce sont des poèmes où les lettres médianes du poème peuvent être lues verticalement et forment un mot. Les mésostiches sont similaires aux acrostiches, à la différence près que les mésostiches s’articulent autour d’un nom central, rencontrant les lignes en leur milieu, tandis que les noms des acrostiches sont les premières lettres des lignes.  En particulier, dans l’œuvre d’Alec Finlay, les mots formés sont les noms de scientifiques qui ont marqué l’Histoire.

Le poème a donc un aspect très visuel puisqu’il s’articule et grandit autour d’un nom vertical, formant une phrase pertinente et révélatrice autour du nom scientifique.

Louis Pasteur (1822-95)

Alec Finlay est né en Ecosse, en 1966. C’est un artiste et un poète qui a vécu au Nord-Est de l’Angleterre. Son œuvre est principalement composée d’observations contemporaines de la nature.

D’après Alec Finlay, John Cage, un poète américain,  aurait été un pionnier des mésostiches : il les écrivait autour des noms de ses amis, puis les offrait comme cadeaux d’anniversaire. Il suffit de choisir un nom, et de faire croître le poème autour de ce nom. Le nom est alors une tige où les lettres choisies sont des branches grandissantes du poème. Alec Finlay voyait les mots ainsi que le langage comme étant très proches de la nature.

John Cage, Graphical Mesostics from « M » (1967-72)

John Cage (1912-1992) s’est illustré comme compositeur de musique contemporaine expérimentale et comme philosophe. C’est sans doute le compositeur américain qui a eu le plus d’impact sur toute la musique contemporaine. Continuellement exploratrice, la musique de John Cage a utilisé plusieurs moyens nouveaux: piano préparé, radios, instruments percussifs inusités, sons électriques et électroniques, hasard, silence… Durant les années soixante, sa recherche a visé une intégration toujours plus grande de la vie dans l’art.

 Les œuvres musicales de John Cage sont révélatrices de sa démarche artistique. Il impose un silence complet dans le morceau 4’33, ou interprète un Water Walk devant la radio, prestation musicale mettant en scène une baignoire, un canard couineur et des fleurs arrosées. Héritier de  Dada, Cage fait surgir l’art où on ne l’attend pas,  ressource  par le silence le son, ouvre par l’improvisation un champ de liberté tant à lui-même qu’à son public.

Dans des compositions musicales plus conventionnelles, comme In a Landscape (photo ci-contre), Cage intègre la formule (philoophique) et une esthétique musicale qui le relient à Erik Satie, à qui il dédie ce texte, « James Joyce, Marcel Duchamp, Eric Satie : un Alphabet »

Prenant cette grille de lecture, les mésostiches sont des mots silencieux à qui le lecteur peut donner vie, choisissant entre leur aspect graphique, sonore ou sémantique. L’artiste passe alors en retrait, pourtant créateur de cette œuvre qui acquiert une vie propre.

    

Alec Finlay a également fait un « Mesostic Herborarium ». En effet,  les fleurs sont réputées pour être à la fois belles et ayant des propriétés curatives. L’idée que leurs noms soient mystérieux et qu’ils renferment des secrets a toujours été avec nous. Alec Finlay a donc composé des mésostiches autour de noms de fleurs, leurs noms formant des tiges à partir desquelles des mots « poussent », tels des branches. Les mésostiches écrits révèlent certaines propriétés cachées de la plante choisie.

Cage et Finlay expriment dans une forme poétique une position artistique en prise avec la philosophie : formulation de données existentielles, opposition de la structure au désordre, influence du Zen (bouddhisme).

Le mésostiche pourrait être perçu comme un simple jeu littéraire, mais sa pratique par ces artistes donne rendez-vous aux lecteurs sur des notions artistiques essentielles, telles que l’Art et la Vie, l’accessibilité de l’œuvre et son mystère, la densité et l’esthétique.

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Acrostiche
http://www.ubu.com/contemp/finlay/index.html
http://www.ysp.co.uk/exhibitions/alec-finlay-avant-garde-english-landscape
http://www.ubu.com/historical/cage/index.html
http://www.flickr.com/photos/bobwatt/2896356164/
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Cage
Le mésostiche de John Cage dans tous ses états, par Anne-Marie Amiot, La Licorne

La revue Chaoïde d’abord initiée pour le web en juillet 2000 par David Ruffel, Lionel Ruffel et François Théron, a connu un destin singulier. Après 11 numéros édités sur la toile, cette revue littéraire d’une grande qualité éditoriale et critique, s’est vue proposée une migration vers le support livre, à travers la naissance d’une collection chez Verdier Editeur.

Le site est toujours accessible, les numéros sont tous téléchargeables en format Acrobat (pdf) et accessibles dans un mode fenêtré en ligne en vue d’une impression papier. Mais chaque numéro fait aussi l’objet d’une vraie pensée de l’interactivité, ou pour le dire autrement, d’une lecture qui prend très souvent la valeur d’une expérience pour l’écran et le web.

droits réservés chaoïde – capture écran du site

%d blogueurs aiment cette page :